Le grand hôtel du Pilat : un air de Suisse dans nos montagnes

Date:

Pierre Mazet (http://www.pierre-mazet42.com/) auteur de nombreux Polars et passionné d’Histoire nous présente des stéphanois dont parfois par manque de culture nous ignorons l’existence, depuis il existe un livre Chroniques stéphanoises.

A la fin du XIXème siècle, l’hôtel du Righi, situé à Glion en Suisse n’en finissait plus d’accueillir des personnalités. Citons en autres : la reine Emma de Hollande, le prince d’Anhalt-Dessau, la famille d’Oscar Wilde durant le procès pour immoralité de l’écrivain ou encore une conférence pour la paix à Chypre. On murmure même que l’intrépide Impératrice Sissi l’arpenta régulièrement entre 1893 et 1898. Bien sûr, les montagnes du Pilat ne sont pas les Alpes suisses, mais le panorama qui s’offre à nos yeux depuis le crêt de l’oeillon vaut quand même le détour.

Fort du constat qu’air pur et vision idyllique attiraient la clientèle fortunée, un homme d’affaires et un médecin lyonnais eurent l’idée de créer un « sanatorium » où malades et touristes se retrouveraient dans un lieu champêtre et calme. Le Pilat leur parut le site idéal. C’est sur la « Chaux d’Egalet » à 1260 mètres, que vit le jour le Grand Hôtel Sanatorium du Mont Pilat, devenu peu après : « Hôtel Climatique ». A la belle époque, le ruban et l’acier avaient permis la constitution de belles fortunes familiales dans la région Rhône-Loire.

C’était aussi l’époque où la tuberculose gagnait du terrain et touchait de nombreuses personnes de tous les milieux. Ainsi de grands hôtels thermaux sortirent de terre et les cures et les bains de mer devinrent à la mode. Le grand air, les montagnes et les sports d’hiver étaient en plein développement, et des « hôtels sanatorium » furent érigés  pour répondre à la demande du moment. Ces établissements à la mode attiraient une clientèle dorée, exigeante, qui venait en ces lieux se revivifier, se reposer, mais aussi se distraire entre gens de qualité.

LIRE AUSSI  Starbucks confirme l'ouverture d'un nouveau café à Saint-Étienne à l'été 2024

On construisit donc ce bâtiment exceptionnel, haut de trois étages, se terminant par un toit pointu. Il avait une première utilité sanitaire : sanatorium, puis, très vite, il devint l’hôtel à la mode où la « jet-set » de l’époque et de la région lyonnaise et européenne aimait s’y retrouver. Cet établissement majestueux avait des chambres aussi luxueuses les unes que les autres avec des suites concurrençant les plus beaux palaces.

Il était équipé d’eau courante, d’électricité, de chauffage central, de téléphone, de sanitaires, de salles de bain modernes, de baignoires, de toilettes. En 1903 une seconde aile aussi grande que la première fut construite portant la capacité de l’hôtel à 120 lits. Il faut dire que le Pilat était un lieu de villégiature très prisé par les riches Stéphanois et les riches Lyonnais qui désiraient pratiquer « les sports d’hiver » ou « prendre l’air » pur et vivifiant de nos montagnes. L’été, quand la chaleur accablait les cités lyonnaises et stéphanoises, ils goûtaient à la fraîcheur du Pilat.

A côté de l’hôtel se trouvait une ferme qui fournissait lait, pain et diverses victuailles aux cuisines pour la clientèle exigeante.  Sur les tables on servait de nombreux produits du terroir : le saucisson et le jambon de la ferme, les rigottes de vaches et de chèvres, les airelles et les mûres de l’Oeillon de la Perdrix …Quant au vin, on buvait celui des côtes du Rhône. La clientèle était composée de riches industriels et des membres des cours royales d’Europe. En 1904 « l’Hôtel sanatorium » devint « l’Hôtel climatique ».

Mais la guerre de 1914-18 sonnera le glas de l’hôtel. En 1920 il fut repris par un Stéphanois directeur de transports. Il eut une éphémère résurrection en ces années-là mais cela ne dura pas. En 1930 son propriétaire décida de s’en séparer. Il essaya de le vendre, sans succès, et le ferma définitivement avant l’été 1931.

LIRE AUSSI  Starbucks débarque au centre commercial Steel

Le 16 novembre de la même année, dans la nuit, à quatre heures du matin un mystérieux incendie ravagea le bâtiment dont il ne resta que des ruines rasées par sécurité en 1999.

L’origine de l’incendie demeure mystérieuse. 

Les versions les plus extravagantes virent le jour, n’oublions pas que le Pilat se situe dans un site imprégné d’histoire et de mystère. Les forces telluriques des eaux et du ciel se combinant, en ces lieux particuliers, l’imaginaire peut prendre le pas sur le réel.

Pour être plus pragmatique, nos soupçons pourraient nous conduire droit au propriétaire. Celui-ci aurait eu intérêt à se débarrasser d’un bien qui l’encombrait, qu’il n’arrivait pas à vendre et qui lui coûtait cher, fermé comme ouvert ! Et si l’homme avait été victime du « jeudi noir » : du krach boursier et devait trouver très vite de l’argent frais ? Rien n’accusa le propriétaire. Aucune preuve pouvant accréditer cette hypothèse ! Les assurances durent bien faire leur travail et la piste du propriétaire incendiaire fut écartée.

Toutefois le mystère demeure. Amateur de phénomènes inexpliqués, à vos plumes ! Mais, faites preuve d’imagination, car contrairement au Titanic, rien ne subsiste, aucune ruine, aucun vestige, aucune poterie ou reste de vaisselle ! Une plaque uniquement évoque ce grand hôtel !

Gillescharles.info

Inscrivez-vous pour recevoir chaque dimanche de l'actu dans votre boîte mail.

Gillescharles.info

Inscrivez-vous pour recevoir chaque dimanche de l'actu dans votre boîte mail.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Partager l'article:

Newsletter

Politique

A lire aussi
Dans l'actu

Décision sur l’avenir de Duralex mise en délibéré au 26 juillet

Le sort des 228 salariés de l'emblématique entreprise de...

JOP Paris 2024 : Saint-Étienne Métropole accueillera 6 matchs

Les Jeux Olympiques et Paralympiques 2024 ne se dérouleront...

Antoine Vermorel-Marques élu vice-président du groupe La Droite républicaine

"Une marque de confiance accordée à la nouvelle génération...

Météo : de fortes chaleurs attendues en France jeudi et vendredi, jusqu’à 41°C dans le Sud-est

Le mercure s'apprête à s'envoler en France, particulièrement dans...

Candidats à la présidence de l’Assemblée nationale : une élection à suspens

Alors que la gauche tarde à désigner son candidat...

Incendie dévastateur à Nice : sept morts, dont trois enfants

Un incendie violent a ravagé un immeuble dans la...

Pompes à chaleur : l’usine Saunier-Duval de Nantes va licencier un tiers de ses effectifs

Un plan social prévoit la suppression de 250 postes...

Paris : Une voiture percute une terrasse de restaurant dans le XXe, des blessés en urgence absolue

Ce mercredi soir, une voiture a percuté plusieurs personnes...

Une Journée Historique pour l’UJS : Le Rassemblement des Jeunes Souverainistes

La jeunesse souverainiste fait parler d’elle. Ce 14 juillet...

Saint-Etienne & Loire

Logement : 5 millions d’euros de l’État pour le renouvellement urbain de Saint-Étienne

Le 14 février dernier, le Premier ministre Gabriel Attal a annoncé que la candidature de l’Epase (Établissement public d’aménagement de Saint-Étienne) faisait partie des 22...

Lyon & Rhône

Les socialistes n’abandonnent pas leurs griefs contre Laurent Wauquiez

Les socialistes n'abandonnent pas leurs griefs contre Laurent Wauquiez. Ce n'est pas parce que le président de la deuxième région de France s'apprête à quitter le...

À Lyon, des jeunes bénévoles font le choix de se mobiliser tout l’été

Rencontre avec Louis, un bénévole d’Entourage qui accompagne les...

Météo Lyon: Prévisions du mercredi 17 juillet 2024

La journée du mercredi 17 juillet 2024 promet d'être...

Des économies à la Métropole de Lyon

Économies à la Métropole de Lyon. Depuis ce lundi 15...

Lyon : Explosion des fraudes à l’examen du Code de la Route, des permis annulés

La préfecture du Rhône a annoncé un renforcement des...

POLITIQUE

spot_imgspot_img

Newsletter

Loire souvenirs

La Fourme de Montbrison, toute une histoire !

La fourme de Montbrison est fabriquée depuis le VIIIe siècle dans les Hautes-Chaumes à plus de 1 000 mètres d’altitude. Elle a reçu le label AOC (Appellation d’origine contrôlée) en 1972 puis AOP (Appellation d’origine protégée) en 2009.

Football : Quand Lyon voulait racheter Saint-Etienne

L’ASSE en Mai 1950, est au bord de la faillite elle accuse un déficit de 14 millions de francs. Il était de 12 millions l’année précédente et de 3 millions en 1947.

Qui sont les « Martyrs de Vingré » ?

Pierre Mazet auteur de nombreux Polars et passionné d’Histoire nous...

Bellevue : comment un hôpital a transformé la ville

Pierre Mazet auteur de nombreux Polars et passionné d’Histoire nous...

Le pont du Pertuiset : Entre villes et campagnes

Pierre Mazet (http://www.pierre-mazet42.com/) auteur de nombreux Polars et passionné d’Histoire...

Connaissez vous l’histoire de Ravachol le bandit anarchiste ?

Pierre Mazet (http://www.pierre-mazet42.com/) auteur de nombreux Polars et passionné d’Histoire...

On le nommait le Stéphanois à la Casquette

Sur le site on aime lire les chroniques stéphanoises...

Pointe Cadet : Noël Pointe le 1er Stéphanois ouvrier-député

Pierre Mazet (http://www.pierre-mazet42.com/) auteur de nombreux Polars et passionné d’Histoire...

La sarbacane ou l’histoire des baveux stéphanois

Publié par Pierre Mazet Pierre Mazet (http://www.pierre-mazet42.com/) auteur de nombreux Polars...

Félix Thiollier : un photographe stéphanois précurseur

Il y a quelques jours, à Saint-Etienne, il y...

Derrière la place Dorian, l’homme Frédéric Dorian, entre utopie et pragmatisme

Pierre Mazet auteur de nombreux Polars et passionné d’Histoire nous présente des stéphanois dont parfois par manque de culture nous ignorons l’existence.

Jean-Baptiste Boussingault, chimiste et paysan

Sa fille Alice a épousé Jean-Claude Crozet. Ce dernier accole le nom de son beau-père au sien et devient Jean-Claude Crozet-Boussingault. Son oncle, Benoit Fourneyron l’a associé à la gestion de sa fonderie du Chambon-Feugerolles. Une rue porte le nom de Crozet-Boussingault à Saint-Etienne.

Culture/Loisirs en Loire

« Roanne, Génilac et Gilles Artigues » le point Actu du 42 du 18 Juillet

À Roanne, le maire désapprouve le déménagement à Roanne du centre dentaire mutualiste. La décision du groupe mutualiste AESIO de transférer à Charlieu son centre dentaire...

Notre coup de cœur : La Table des champs

C'est à quelques kilomètres de Saint-Etienne, dans la commune de Saint-Romain les Atheux, que Bénédicte et Vincent, on fait naître le 10 septembre 2021, une nouvelle aventure. Dans un lieu atypique, un rendez-vous magique, un restaurant dans une yourte.

Livre : Un siècle d’Olympisme dans la Loire

Un nouvel ouvrage en co-écriture de Jérôme Sagnard et...

Faits Divers

Incendie dévastateur à Nice : sept morts, dont trois enfants

Un incendie violent a ravagé un immeuble dans la...

Paris : Une voiture percute une terrasse de restaurant dans le XXe, des blessés en urgence absolue

Ce mercredi soir, une voiture a percuté plusieurs personnes...

Projets d’actions violentes durant les JO : Un jeune néonazi en garde à vue

Administrateur de la chaîne Telegram « Division aryenne française...

Rennes : Une double défenestration sème la consternation

Une infirmière et son compagnon se jettent du même...
error: Le contenu est protégé par le droit d'ateur