Entre Lyon et Saint-Etienne, Givors : Le canal oublié

Date:

Vous aussi envoyez nous vos histoires

Pierre Mazet auteur des Chroniques Stéphanoises et passionné d’Histoire nous présente des stéphanois dont parfois par manque de culture nous ignorons l’existence, aujourd’hui c’est un un voyage sur un canal oublié…

Le canal de Givors a été enseveli par la construction dans la vallée du Gier de l’autoroute A47 en 1970. Seuls quelques vestiges du canal ont été épargnés. Les nombreux automobilistes qui empruntent chaque jour l’autoroute A47 de Rive-de-Gier à Givors, peuvent découvrir quelques apparitions du canal longeant l’autoroute.

Qui pourrait s’imaginer qu’il y a plus de deux siècles, c’était une toute autre activité qu’empruntait cette même voie de circulation. Des margoulins[1] tiraient des sicelandes [2](Embarcations plates) pour les faire avancer lentement sur le canal de Givors. Le canal de Givors, un temps appelé  » Canal des deux mers  » parce qu’il devait relier le Rhône à la Loire, a été construit en une vingtaine d’années, de 1760 à 1780, par François Zaccharie initiateur du projet.

D’origine ripagérienne, il vivait à Lyon afin d’exercer plus facilement son négoce.  Ses commerces d’horlogerie, quincaillerie et outillage allemand acheté à Paris et divers articles fabriqués à Saint-Etienne l’obligeaient à voyager. Pour se rendre à la capitale, il s’embarquait sur le canal de Briare. C’est au cours de ses nombreux déplacements qu’il apprit à connaitre les manœuvres des bateaux et surtout les travaux d’art de la navigation artificielle.

Quand il allait à Saint-Etienne, il empruntait la vallée du Gier. Sur son chemin, sa voiture était souvent immobilisée par divers charrois : mulets en longues caravanes chargés de houille, bœufs et chevaux attelés à des chariots emplis de fer, planches et marchandises diverses. Un premier projet de canal, étudié par Alléon de Varcourt, resta en suspens. Quelques années plus tard, après de nombreuses tentatives, Zacharie parvient à faire adopter un projet de canal. Il prévoit de relier le Rhône à la Loire.

La construction du Canal de Zacharie dit « des deux mers », débute en 1760. Dès le début, les déboires se multiplient. Difficultés financières, le budget prévu par Zacharie est vite dépassé et les créanciers grimacent. Difficultés techniques, en 1764, le mur d’une écluse s’écroule. Pour tenter de rassurer tout le monde, Zacharie inaugure le tronçon de Givors à Saint-Romain-en-Gier. Las, ce jour-là, l’eau rompt les berges et le cortège doit quitter précipitamment le bateau. En 1768, Zacharie décède d’une crise cardiaque. Il lègue en héritage à son fils Guillaume une montagne de dettes. Les créanciers confient la mission de terminer le canal pour ne pas perdre l’intégralité des sommes investies.

Après avoir obtenu une prolongation de la concession pour une durée de 20 ans, Guillaume reprend les travaux. Malgré la chute d’un mur de la dix-neuvième écluse, Ils sont laborieusement achevés en décembre 1780. Sur une longueur de 15,6 km, il comporte 27 écluses, cinq aqueducs et un souterrain taillé dans le roc. Deux ans plus tard, les actionnaires touchent enfin leurs premiers dividendes. Des sommes modestes au regard de celles qui viendront par la suite garnir leurs portefeuilles.

En 1788 la Compagnie du Canal de Givors édifie le barrage de Couzon, le Gier n’étant plus suffisant pour alimenter en eau le canal, qui connait un trafic important. La société le détenant a distribué plus de 11 millions de francs de dividendes et les actions de la Compagnie atteignent une valeur unitaire de 200 000 francs. On compte 3 000 bateaux par an. Le trafic est de plus de 140 000 tonnes. En 1792, à la fin du règne de Louis XVI, débute la construction du siège de la Compagnie du canal. Achevé en 1796, le « palais » est devenu l’Hôtel de ville de Rive-de-Gier, avec 36 fenêtres sur la façade principale. Mais ce succès n’a pas duré. Des alternatives au transport par voie d’eau, notamment pour la houille, ont été cherchées car son tarif était jugé prohibitif. Il a progressivement reculé au profit du rail à partir des années 1830, notamment après la construction de la ligne de Saint-Étienne à Lyon.

Le canal fut prolongé jusqu’à La Grand-Croix, devenu depuis 1828 un centre minier important, non par sa surface d’exploitation, mais par l’épaisseur de la grande couche de charbon atteignant à certains endroits une hauteur de 15 mètres. Les travaux se sont achevés en 1839, après le creusement d’un bassin embarcadère de 100 mètres de long sur 40 mètres de large. En faillite, le canal est racheté par l’État en 1886 mais celui-ci ne parvient pas à relancer son activité économique. Il est aujourd’hui aliéné et en grande partie détruit. Le canal de Givors a été enseveli par la construction dans la vallée du Gier de l’autoroute A47 en 1970. Seuls quelques vestiges du canal ont été épargnés.

Pour en savoir plus :

https://www.atramenta.net//books/un-canal-oublie-givors/41

[1] Margoulins ou haleurs : évoluaient sur les chemins de halage, ils faisaient avancer les sicelandes en tirant sur la « bricole » (harnais porté sur l’épaule relié à l’avant de l’embarcation par une « maillette ».)

[2] Embarcations plates en bois de 20 à 22m de long pouvant porter plusieurs tonnes. Le trajet était assuré par 2 ou 3 hommes les « Margoulins » et se faisait en 18 heures.

Gillescharles.info

Inscrivez-vous pour recevoir chaque dimanche de l'actu dans votre boîte mail.

Gillescharles.info

Inscrivez-vous pour recevoir chaque dimanche de l'actu dans votre boîte mail.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Partager l'article:

Newsletter

Politique

A lire aussi
Dans l'actu

Qui pour remplacer Laurent Wauquiez à la région AURA ?

Qui pour remplacer Laurent Wauquiez à la région AURA...

Lyon se convertit politiquement au NFP

La ville de Lyon se convertit politiquement au NFP. La...

Augmentation des Violences Sexuelles en France : Un Bilan Alarmant pour 2023

Des résultats en matière de sécurité intérieur sont alarmants...

De nouvelles enseignes sur la zone commerciale de la Part-Dieu

Bientôt de nouvelles enseignes sur la zone commerciale de...

Kelyps Interim poursuit sa collaboration avec l’ASSE jusqu’en 2026 comme partenaire majeur

Kelyps Interim poursuit sa collaboration avec l'ASSE et sera...

Jean-Pierre Descombes, M. Jeux de 20 heures est décédé

Jean-Pierre Descombes, qui était atteint d'une maladie neurologique depuis...

Législatives 2024 : Pourquoi faire barrage au RN est anti-démocratique

Le premier tour des législatives de 2024 a donné lieu à un phénomène controversé : le retrait de candidats pour faire barrage au Rassemblement national (RN). Cette stratégie, bien qu'elle vise à contrer l'extrême droite, soulève des questions fondamentales sur la démocratie et la représentation des électeurs.

Fusillade mortelle à Saumur : écroués pour une dette de 100 euros

Les Détails de l'Incident Le drame s'est déroulé le 3 juin en fin d'après-midi, lorsque des coups de feu ont éclaté, tuant un jeune homme de 21 ans et blessant un autre jeune homme de 20 ans à la main. Selon les premières déclarations du parquet, cette fusillade serait liée à une dette de seulement 100 euros. Les Arrestations et Inculpations Un premier suspect, un jeune homme de 19 ans, avait déjà été mis en examen le 8 juin pour « complicité d'assassinat et tentatives d'assassinat » et placé en détention provisoire. Les enquêteurs de la DIPN d'Angers ont ensuite interpellé mardi soir deux autres suspects, un homme de 25 ans et une femme de 26 ans, dans les environs de Tours. Les Aveux et Charges L'homme de 25 ans a avoué être l'auteur des tirs meurtriers lors de sa garde à vue. Il a été mis en examen pour « assassinat, tentatives d'assassinat et acquisition non autorisée d'une arme de catégorie B ». La femme de 26 ans, qui conduisait le tireur et l'a aidé à fuir, a été inculpée pour « complicité d'assassinat, complicité de tentatives d'assassinat et soustraction d’un criminel aux recherches ». Tous deux ont été placés en détention provisoire. Poursuite de l'Enquête L'enquête se poursuit pour éclaircir les circonstances exactes des faits. Le procureur de la République d'Angers, Éric Bouillard, a souligné l'importance de déterminer les détails précis entourant cette tragédie.

Quelle est la situation de l’immigration en France ?

En 2018, la France comptait 4,8 millions d'étrangers et 6,5 millions d'immigrés, représentant respectivement 7,1 % et 9,7 % de la population totale. En 2022, ces chiffres ont augmenté, atteignant 5,3 millions d'étrangers (7,8 % de la population) et 7,0 millions d'immigrés (10,3 % de la population).

La Commission Européenne demande à Temu et Shein des informations sur le respect de leurs obligations

La Commission européenne a adressé aujourd’hui aux places de...

Saint-Etienne & Loire

Qui sont les « Martyrs de Vingré » ?

Pierre Mazet auteur de nombreux Polars et passionné d’Histoire nous présente des stéphanois dont parfois par manque de culture nous ignorons l’existence. La rue des Martyrs de...

« Villars, Saint-Chamond, Saint-Etienne, Casino » le point Actu dans le 42 du 11 juillet

Des écoles apprenantes fonctionnent cet été à Saint-Etienne.A l'initiative...

Bellevue : comment un hôpital a transformé la ville

Pierre Mazet auteur de nombreux Polars et passionné d’Histoire nous...

Le pont du Pertuiset : Entre villes et campagnes

Pierre Mazet (http://www.pierre-mazet42.com/) auteur de nombreux Polars et passionné d’Histoire...

Lyon & Rhône

L’enseigne néerlandaise de prêt à porter Scotch and Soda ferme ses deux magasins lyonnais

Les deux boutiques étaient situées rue Tupin dans la Presqu'île. En 2023,l'enseigne avait été racheté par l'arme belge d'Alain Broekaer. Que les mois plus tard...

Lyon : La place des Cordeliers sera reconfigurée en 2026

En plein centre de Lyon, la place des Cordeliers...

Qui pour remplacer Laurent Wauquiez à la région AURA ?

Qui pour remplacer Laurent Wauquiez à la région AURA...

Lyon se convertit politiquement au NFP

La ville de Lyon se convertit politiquement au NFP. La...

POLITIQUE

spot_imgspot_img

Newsletter

Loire souvenirs

Qui sont les « Martyrs de Vingré » ?

Pierre Mazet auteur de nombreux Polars et passionné d’Histoire nous...

Bellevue : comment un hôpital a transformé la ville

Pierre Mazet auteur de nombreux Polars et passionné d’Histoire nous...

Le pont du Pertuiset : Entre villes et campagnes

Pierre Mazet (http://www.pierre-mazet42.com/) auteur de nombreux Polars et passionné d’Histoire...

Connaissez vous l’histoire de Ravachol le bandit anarchiste ?

Pierre Mazet (http://www.pierre-mazet42.com/) auteur de nombreux Polars et passionné d’Histoire...

On le nommait le Stéphanois à la Casquette

Sur le site on aime lire les chroniques stéphanoises...

Le grand hôtel du Pilat : un air de Suisse dans nos montagnes

Pierre Mazet (http://www.pierre-mazet42.com/) auteur de nombreux Polars et passionné d’Histoire...

Pointe Cadet : Noël Pointe le 1er Stéphanois ouvrier-député

Pierre Mazet (http://www.pierre-mazet42.com/) auteur de nombreux Polars et passionné d’Histoire...

La sarbacane ou l’histoire des baveux stéphanois

Publié par Pierre Mazet Pierre Mazet (http://www.pierre-mazet42.com/) auteur de nombreux Polars...

Félix Thiollier : un photographe stéphanois précurseur

Il y a quelques jours, à Saint-Etienne, il y...

Derrière la place Dorian, l’homme Frédéric Dorian, entre utopie et pragmatisme

Pierre Mazet auteur de nombreux Polars et passionné d’Histoire nous présente des stéphanois dont parfois par manque de culture nous ignorons l’existence.

Jean-Baptiste Boussingault, chimiste et paysan

Sa fille Alice a épousé Jean-Claude Crozet. Ce dernier accole le nom de son beau-père au sien et devient Jean-Claude Crozet-Boussingault. Son oncle, Benoit Fourneyron l’a associé à la gestion de sa fonderie du Chambon-Feugerolles. Une rue porte le nom de Crozet-Boussingault à Saint-Etienne.

Vélocio, une journée consacrée au vélo

Pierre Mazet auteur de nombreux Polars et passionné d’Histoire nous...

Culture/Loisirs en Loire

« Villars, Saint-Chamond, Saint-Etienne, Casino » le point Actu dans le 42 du 11 juillet

Des écoles apprenantes fonctionnent cet été à Saint-Etienne.A l'initiative d'une association d'éducation populaire, plusieurs ateliers thématiques vont se succéder dans des écoles des quartiers du...

La 7ème saison culturelle de Saint-Just Saint-Rambert est lancée

La saison culturelle 2024/2025 de Saint-Just Saint-Rambert, à la...

La rapée stéphanoise c’est toute une histoire

Si tout le monde vous dira que la « rapée »...

Livre : Un siècle d’Olympisme dans la Loire

Un nouvel ouvrage en co-écriture de Jérôme Sagnard et...

Faits Divers

Augmentation des Violences Sexuelles en France : Un Bilan Alarmant pour 2023

Des résultats en matière de sécurité intérieur sont alarmants...

Fusillade mortelle à Saumur : écroués pour une dette de 100 euros

Les Détails de l'Incident Le drame s'est déroulé le 3 juin en fin d'après-midi, lorsque des coups de feu ont éclaté, tuant un jeune homme de 21 ans et blessant un autre jeune homme de 20 ans à la main. Selon les premières déclarations du parquet, cette fusillade serait liée à une dette de seulement 100 euros. Les Arrestations et Inculpations Un premier suspect, un jeune homme de 19 ans, avait déjà été mis en examen le 8 juin pour « complicité d'assassinat et tentatives d'assassinat » et placé en détention provisoire. Les enquêteurs de la DIPN d'Angers ont ensuite interpellé mardi soir deux autres suspects, un homme de 25 ans et une femme de 26 ans, dans les environs de Tours. Les Aveux et Charges L'homme de 25 ans a avoué être l'auteur des tirs meurtriers lors de sa garde à vue. Il a été mis en examen pour « assassinat, tentatives d'assassinat et acquisition non autorisée d'une arme de catégorie B ». La femme de 26 ans, qui conduisait le tireur et l'a aidé à fuir, a été inculpée pour « complicité d'assassinat, complicité de tentatives d'assassinat et soustraction d’un criminel aux recherches ». Tous deux ont été placés en détention provisoire. Poursuite de l'Enquête L'enquête se poursuit pour éclaircir les circonstances exactes des faits. Le procureur de la République d'Angers, Éric Bouillard, a souligné l'importance de déterminer les détails précis entourant cette tragédie.

Six mineurs juifs agressés à Levallois-Perret : une enquête ouverte

Six jeunes de confession juive ont été victimes d'une agression violente à la sortie d'un cinéma situé dans le centre commercial So Ouest à Levallois-Perret, samedi soir dernier. Selon les témoignages concordants, trois individus ont agressé physiquement au moins deux des jeunes et proféré des insultes à caractère antisémite.

Viol de Courbevoie : diffusion illégale d’éléments d’identification des mineurs mis en cause sur les réseaux sociaux

L'affaire du viol d'une adolescente à Courbevoie, doublé d'injures et de violences à caractère antisémite, continue de susciter une vive émotion. Récemment, des éléments permettant d'identifier les trois mineurs mis en cause ont été diffusés sur les réseaux sociaux, provoquant l'intervention des autorités.
error: Le contenu est protégé par le droit d'ateur