Derrière la place Dorian, l’homme Frédéric Dorian, entre utopie et pragmatisme

Date:

Pierre Mazet auteur de nombreux Polars et passionné d’Histoire nous présente des stéphanois dont parfois par manque de culture nous ignorons l’existence.

Frédéric Dorian : entre utopie et pragmatisme

Dorian est un nom familier pour les Stéphanois, puisqu’il est associé à l’une des places les plus centrales de Saint-Etienne. Derrière ce patronyme familier, se cache un homme au parcours singulier
dans le milieu du patronat industriel de la seconde moitié du XIXème siècle. Pierre-Frédéric Dorian est né à Montbéliard le 24 janvier 1814. Il est issu d’une famille appartenant à la petite bourgeoisie protestante dont les ancêtres ont fui les Cévennes après la révocation de l’Édit de Nantes. Il poursuit ses études dans son pays natal, avant de venir suivre les cours de l’Ecole des Mines de Saint-Etienne en tant qu’élève libre. Sa mère lui achète alors en 1834 la petite usine des Balaires dans la vallée de Rochetaillé.

La doctrine de son compatriote Charles Fourier (1872-1837) préconisant une organisation sociale fondée sur de petites unités autonomes (le Fouriérisme), les Phalanstères, le séduisent : Frédéric Dorian va alors se lancer dans l’étude de l’organisation et du comportement de ces associations de production, au sein desquelles les travailleurs vivent en communauté. Patron entreprenant, Dorian se lie avec le patriciat industriel de Saint-Étienne, qui est souvent de confession protestante. C’était notamment le cas d’une famille de maître de forges d’Unieux, les Holtzer, dont il épouse la fille Caroline le 19 septembre 1849. Dorian entame alors une politique d’acquisition industrielle en partenariat avec son beau-père Jacob, si bien qu’il se trouve à la tête d’un petit empire industriel à la mort de celui-ci. Pour autant Dorian n’a pas renoncé à ses convictions fouriéristes, et son ascension industrielle lui donne l’occasion de mettre en pratique certaines de ses idées progressistes. Il construit des logements sociaux pour ses ouvriers (appelés « la Caserne »), ouvre une école gratuite pour le personnel ainsi qu’une bibliothèque, encourage la création d’une caisse de secours mutuels et même d’une fanfare.

Les convictions de Dorian auraient pu trouver leur application tout près de Saint-Etienne à Pont-Salomon. En 1856, La Gerbe, société en commandite par actions, sous la raison Jackson, Gerin, Dorian & Cie pour la fabrication de faux et de faucilles réunit l’usine Jackson de La Terrasse, l’usine de Rochetaillé et celle de Pont-Salomon. La constitution de la nouvelle société en 1856 entraîne, à Pont-Salomon, la construction d’une nouvelle fabrique sur les bords de la Semène, achevée en 1858, et agrandie entre 1868 et 1869. Elle assure, vers 1862, la moitié de la production nationale de faux et faucilles. Toutefois, certainement par pragmatisme, Dorian ne fondera pas de phalanstère à Pont-Salomon, bien que le contexte s’y prête particulièrement. Car bien que séduit par les idées fouriéristes, Pierre-Frédéric Dorian est avant tout un industriel et il n’est pas sans connaître les limites de l’utopie : la Colonie sociétaire de la « Réunion », fondée par Victor Considérant en 1852 au Texas, s’avère par exemple rapidement un échec.

Dans un cadre d’inspiration fouriériste liant ateliers, logements, école, église et lieux de loisir, se met en place un microcosme où le travail de chacun profite à la collectivité, dépendante elle-même de la prospérité des fabriques. Le philanthropisme se manifeste également, comme l’illustre la création de la coopérative ouvrière « La Gerbe », la caisse de secours, les édifices collectifs (école, église, lavoirs…) ou les diverses donations (par exemple en 1872 lorsqu’il est fait don à la commune de l’église et du presbytère). Mais Dorian assure avant tout la direction de Jacob Holtzer & Cie, avec son beau-frère Jules Holtzer, depuis le retrait de son beau-père, Jacob, en 1860.

L’usine d’Unieux, qui compte 500 ouvriers en 1861, fabrique essentiellement des armes blanches (sabres, fleurets), des aciers fins d’outillage, de taillanderie et de coutellerie et les cloches d’acier qui valent à l’entreprise une médaille d’or à l’exposition de 1867. Il installe dans l’usine un laboratoire de recherches pour le distingué chimiste Jean-Baptiste Boussingault. L’aciérie au creuset, selon le procédé Siemens, y fonctionne à partir de 1869 avec une fonderie au coke. Le pragmatisme reprend ses droits à la fin du siècle, et la philosophie du bonheur industriel se mue progressivement en un paternalisme assumé.

LIRE AUSSI  "Juanico, Casino, sécheresse" un point Actu du 42 de ce 10 juillet

Pour en savoir plus :
Pascal Chambon et Joseph Gourgaud, Pont-Salomon, les hommes de la faux, Saint-Étienne, 1996

En savoir plus : www.pierre-mazet42.com

Gillescharles.info

Inscrivez-vous pour recevoir chaque dimanche de l'actu dans votre boîte mail.

Gillescharles.info

Inscrivez-vous pour recevoir chaque dimanche de l'actu dans votre boîte mail.

1 COMMENTAIRE

  1. Je viens de prendre connaissance de votre article… Il a fait remonter tant de souvenirs : la place Dorian que je fréquentais chaque jour pendant mes années Collège, Rochetaillée où des promenades dominicales nous entraînaient, avec mes soeurs, les dimanches après-midi… les deux collègues professeurs au Collège Victor de Laprade de Montbrison mentionnés en fin d’article (Pour en savoir plus)… Merci à vous Monsieur Mazet. Odile Laxton (Mamie aux chats sur Facebook)

    Répondre moderated

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Partager l'article:

Newsletter

Politique

A lire aussi
Dans l'actu

Décision sur l’avenir de Duralex mise en délibéré au 26 juillet

Le sort des 228 salariés de l'emblématique entreprise de...

JOP Paris 2024 : Saint-Étienne Métropole accueillera 6 matchs

Les Jeux Olympiques et Paralympiques 2024 ne se dérouleront...

Antoine Vermorel-Marques élu vice-président du groupe La Droite républicaine

"Une marque de confiance accordée à la nouvelle génération...

Météo : de fortes chaleurs attendues en France jeudi et vendredi, jusqu’à 41°C dans le Sud-est

Le mercure s'apprête à s'envoler en France, particulièrement dans...

Candidats à la présidence de l’Assemblée nationale : une élection à suspens

Alors que la gauche tarde à désigner son candidat...

Incendie dévastateur à Nice : sept morts, dont trois enfants

Un incendie violent a ravagé un immeuble dans la...

Pompes à chaleur : l’usine Saunier-Duval de Nantes va licencier un tiers de ses effectifs

Un plan social prévoit la suppression de 250 postes...

Paris : Une voiture percute une terrasse de restaurant dans le XXe, des blessés en urgence absolue

Ce mercredi soir, une voiture a percuté plusieurs personnes...

Une Journée Historique pour l’UJS : Le Rassemblement des Jeunes Souverainistes

La jeunesse souverainiste fait parler d’elle. Ce 14 juillet...

Saint-Etienne & Loire

Logement : 5 millions d’euros de l’État pour le renouvellement urbain de Saint-Étienne

Le 14 février dernier, le Premier ministre Gabriel Attal a annoncé que la candidature de l’Epase (Établissement public d’aménagement de Saint-Étienne) faisait partie des 22...

Lyon & Rhône

Les socialistes n’abandonnent pas leurs griefs contre Laurent Wauquiez

Les socialistes n'abandonnent pas leurs griefs contre Laurent Wauquiez. Ce n'est pas parce que le président de la deuxième région de France s'apprête à quitter le...

À Lyon, des jeunes bénévoles font le choix de se mobiliser tout l’été

Rencontre avec Louis, un bénévole d’Entourage qui accompagne les...

Météo Lyon: Prévisions du mercredi 17 juillet 2024

La journée du mercredi 17 juillet 2024 promet d'être...

Des économies à la Métropole de Lyon

Économies à la Métropole de Lyon. Depuis ce lundi 15...

Lyon : Explosion des fraudes à l’examen du Code de la Route, des permis annulés

La préfecture du Rhône a annoncé un renforcement des...

POLITIQUE

spot_imgspot_img

Newsletter

Loire souvenirs

La Fourme de Montbrison, toute une histoire !

La fourme de Montbrison est fabriquée depuis le VIIIe siècle dans les Hautes-Chaumes à plus de 1 000 mètres d’altitude. Elle a reçu le label AOC (Appellation d’origine contrôlée) en 1972 puis AOP (Appellation d’origine protégée) en 2009.

Football : Quand Lyon voulait racheter Saint-Etienne

L’ASSE en Mai 1950, est au bord de la faillite elle accuse un déficit de 14 millions de francs. Il était de 12 millions l’année précédente et de 3 millions en 1947.

Qui sont les « Martyrs de Vingré » ?

Pierre Mazet auteur de nombreux Polars et passionné d’Histoire nous...

Bellevue : comment un hôpital a transformé la ville

Pierre Mazet auteur de nombreux Polars et passionné d’Histoire nous...

Le pont du Pertuiset : Entre villes et campagnes

Pierre Mazet (http://www.pierre-mazet42.com/) auteur de nombreux Polars et passionné d’Histoire...

Connaissez vous l’histoire de Ravachol le bandit anarchiste ?

Pierre Mazet (http://www.pierre-mazet42.com/) auteur de nombreux Polars et passionné d’Histoire...

On le nommait le Stéphanois à la Casquette

Sur le site on aime lire les chroniques stéphanoises...

Le grand hôtel du Pilat : un air de Suisse dans nos montagnes

Pierre Mazet (http://www.pierre-mazet42.com/) auteur de nombreux Polars et passionné d’Histoire...

Pointe Cadet : Noël Pointe le 1er Stéphanois ouvrier-député

Pierre Mazet (http://www.pierre-mazet42.com/) auteur de nombreux Polars et passionné d’Histoire...

La sarbacane ou l’histoire des baveux stéphanois

Publié par Pierre Mazet Pierre Mazet (http://www.pierre-mazet42.com/) auteur de nombreux Polars...

Félix Thiollier : un photographe stéphanois précurseur

Il y a quelques jours, à Saint-Etienne, il y...

Jean-Baptiste Boussingault, chimiste et paysan

Sa fille Alice a épousé Jean-Claude Crozet. Ce dernier accole le nom de son beau-père au sien et devient Jean-Claude Crozet-Boussingault. Son oncle, Benoit Fourneyron l’a associé à la gestion de sa fonderie du Chambon-Feugerolles. Une rue porte le nom de Crozet-Boussingault à Saint-Etienne.

Culture/Loisirs en Loire

« Roanne, Génilac et Gilles Artigues » le point Actu du 42 du 18 Juillet

À Roanne, le maire désapprouve le déménagement à Roanne du centre dentaire mutualiste. La décision du groupe mutualiste AESIO de transférer à Charlieu son centre dentaire...

Notre coup de cœur : La Table des champs

C'est à quelques kilomètres de Saint-Etienne, dans la commune de Saint-Romain les Atheux, que Bénédicte et Vincent, on fait naître le 10 septembre 2021, une nouvelle aventure. Dans un lieu atypique, un rendez-vous magique, un restaurant dans une yourte.

Livre : Un siècle d’Olympisme dans la Loire

Un nouvel ouvrage en co-écriture de Jérôme Sagnard et...

Faits Divers

Incendie dévastateur à Nice : sept morts, dont trois enfants

Un incendie violent a ravagé un immeuble dans la...

Paris : Une voiture percute une terrasse de restaurant dans le XXe, des blessés en urgence absolue

Ce mercredi soir, une voiture a percuté plusieurs personnes...

Projets d’actions violentes durant les JO : Un jeune néonazi en garde à vue

Administrateur de la chaîne Telegram « Division aryenne française...

Rennes : Une double défenestration sème la consternation

Une infirmière et son compagnon se jettent du même...
error: Le contenu est protégé par le droit d'ateur